Saisons dune passion
ACTUALIT� / auteur
"Toi-Nous"
Saisons dune passion
où trouver ce livre
Noann Lyne Nymphe-X
avis sur "Saisons"
liens intéressants
"Léna, une rencontre
�SAISONS D'UNE PASSION
Ce livre est réédité chez Chloé des Lys.
Première partie sur les trois en lecture libre ici:
http://66.102.9.104/search?q=cache:SNf4HE6VspYJ:www.1000nouvelles.com/Claude/saisons.html+saisons+d%27une+passion&hl=fr&ct=clnk&cd=3&gl=fr
Image Hosted by ImageShack.us

RESUME:
" La quarantaine, il mène une vie sans histoire. Survient l'Amour fou et avec lui le goût de l'écriture, qui témoigne de ce chamboulement. Six ans d'une vue orageuse rythmée par cinq ruptures.
Le récit rend d'abord compte de la fulgurance des débuts.
La maturité difficile de la passion se chante en des fragments poétiques ;le coeur de cet opuscule.
Un journal enfin reflète la déréliction finale.
Une expérience universelle"
EXTRAIT 1 récit initial
1
Il souffrait. Il décida d'écrire. A vrai dire, il n'osait pas vraiment. Crainte de jouer un rôle, de se livrer aussi. Ce qui le gênait n'était pas la pudeur, car il savait qu'il aimerait laisser une trace ; c'était le fait que ses connaissances puissent le reconnaître dans une vie narrée qui ne les regardait pas.
Il avait remarqué en lui écrivant que cela lui faisait du bien et l'aidait à analyser ce qu'il vivait.
Ce jour là il prit la plume,...
Il l'avait rencontrée au restaurant, ne l'avait pas recherchée, sauf peut-être sous l'emprise d'une nécessité inconsciente ; leur rencontre était due à l'un de ces hasards qui font se croiser les natures et les destins les plus dissemblables.
Plusieurs fois ils s'y côtoyèrent. D'abord il ne prit garde à elle, car, marié depuis plus de quinze ans et père de deux enfants, il vivait les vicissitudes d'une union qui subissait le lot trop commun sans que l'un ou l'autre en soit plus particulièrement responsable. L'amour avait cédé à l'usure, et comme il approchait de la quarantaine, il venait - une première depuis leur mariage - de s'éprendre d'une femme de leurs relations.
...
EXTRAIT 2 partie centrale poèmes:

FEMMES

Je te regarde , femme, et le rêve commence,
Tu inclines la tête, mutine et moi grave et sérieux, à l'orée du mystère, sans doute l'air idiot.

Un sourire se lève aux prunelles de tes yeux et j'en reste ballot.

C'est la grâce qui affleure,
irruption de piété devant les pastels de tes fards,
mise en scène de ton insondable beauté.

 

 


PARENTHESE, ELLIPSE OU SINUSOÏDE

Un jour tu es sortie de ma vie. Dès lors il n'exista plus rien de ce que l'on pouvait nommer notre vie. Moi je n'ai pas su, pas pu, peut-être pas voulu te faire sortir de ma vie. J'ai aussitôt quitté ce que l'on dit être le réel pour me claquemurer dans l'autre réalité, plus belle, phantasmée. Elle est douleur du présent et joie du souvenir, attente de l'improbable, désespoir aussi. Doute et foi s'y mêlent étrangement. Ce qui a été sera-t-il à nouveau et sous quelle forme ? Hasard ou nécessité ? Qui l'emportera de la stylistique, de la grammaire ou de la géométrie


AMOUR FOU

Se rencontrer et la passion,
Vivre longtemps les tumultes de la passion,
Se quitter dans la passion,
Puis pour l'un au moins rester seul avec la passion.

 

 

IMPRESSIONS

Odeur du lac en lumière de repos
Feulement et chants unis au silence de la nature

Dans le cours d'eau vert bouteille un poisson trace en surface ses ondes courbes
brusquement elles se brisent, il plonge
plus rien

Au bleu des cieux qui se dégrade du dense au pâle
jolie opale
un lourd caîman gris glisse
comme tapi

Puis vient la bruit
et c'est fini.

 

 


EXTRAIT 3 le journal final:

n°28 Au réveil cette nuit, commeles autres, m'assaille la revue des circonstances de ta fuite. Longtemps je ne peux me rendormir. Cette question: Pourquoi? Pourquoi m'as-tu abandonné?Pourquoi as-tu cessé de m'aimer? Si c'est le cas.

n° 29 Je repense à l'apaisement immédiat que m'apportait le fait de t'approcher, de simplement te respirer. cela t'amusait et te touchait. Ton amie m'a dit que tu avais été triste de cette rupture. Et pourtant tu l'as voulue. Tu souhaitais que quoiqu'il arrive nous restions amis; jusqu'ici cela n'a pas été possible. Le veux-tu encore?

n°30 Nouveau rêve où cette fois tu es venue dans mes bras. Après ces centaines de jour, Petite, cela m'a réveillé. Tu me déclarais fait pour aimer, voilà le grand malheur: tu m'as rendu exigeant sur le choix de l'objet et je ne puis te remplacer; j'arrête aussi la recherche. Je t'avais trouvée, point!

Claude Colson joignable à :
monilet@wanadoo.fr