"Toi-Nous"
ACTUALIT� / auteur
"Toi-Nous"
Saisons dune passion
où trouver ce livre
Noann Lyne Nymphe-X
avis sur "Saisons"
liens intéressants
"Léna, une rencontre

 LA PETITE BOUTIQUE DES SENTIMENTS ed . Clément (ebook et papier)  février 2014, réédition deMalgré tout : roman court, (janvier 2012- éditions Kirographaires)

 

 

 

 

Un homme, une femme. Lui est veuf, elle en couple. Une rencontre fortuite et leurs vies basculent. Une histoire de passion amoureuse, banale somme toute, ou presque ? Eh bien non, car leur rapprochement va les amener à remettre en question tous leurs repères dans l’existence. Trouveront-ils un nouvel équilibre ? À vous de le découvrir.

 

 

" Malgré tout " a pour problématique l’identité de l’individu, mesurée à l’aune de sa révélation dans la rencontre amoureuse, avec ici, de surcroît, quelques aléas identitaires posant des problèmes plus vastes tant pour soi-même qu’au sein du groupe( ce dernier aspect étant non central dans l’histoire) .

EXTRAIT :

1 Le ballon roula aux pieds de Michel qui était en train de s’essuyer dans sa grandeserviette de plage. Rapide, il le saisit et laissa venir vers lui les deux petits garçons.

On peut l’récupérer, M’sieur, dit le plus rond des deux, qui avait aussi l’air le plus déluré. L’autre, impressionné, restait à trois pas.

Si je vous disais non, que feriez-vous ? Il avait pris un air sévère.

Z’avez pas l’droit, M’sieur, c’est notre ballon. Maman, maman, le monsieur

nous a pris notre ballon ! La dame en question, une jolie brunette sourit à Michel.

Elle observait la scène depuis quelques instants et avait bien vu qu’il ne faisait que

les taquiner.

Est-ce que vous le lui avez demandé poliment au moins ? Vous êtes-vous

excusés de l’avoir dérangé ? Non, je suppose, alors faites-le et vite.

Bonsoir, Madame, je crois que ce ne sera pas nécessaire. Je pense qu’ils ont

compris. Et il leur rendit leur jouet préféré.

Merci M’sieur, excusez-nous.

Vous voyez, ça sert toujours d’être poli, dit la dame avec un dernier sourire à

Michel, tout en récupérant ses deux gamins. Allez, on y va, papa doit nous

attendre à présent. Après un « au revoir, Monsieur » que ses enfants reprirent en

écho, elle entreprit de quitter la plage. Il était déjà dix-huit heures passées et il

commençait à faire plus frais. Un petit vent se levait et le sable soulevé venait

fouetter les mollets des estivants, de moins en moins nombreux sur les lieux.

Resté seul, Michel finit de se sécher et rassembla ses affaires avant de prendre le

chemin de l’hôtel. Il pensa : « Qu’est-ce qui me prend ? Je suis en manque ? Cette

grosse ficelle pour aborder cette inconnue ! Bon, ok, elle m’a plu mais il faut que

je me surveille. Allez, Michel, c’est pas grave ! », se dit-il dans un sourire.

2 Élisabeth ne travaillait pas en cette période. Elle attendait le retour de son amie.

Leur appartement était plutôt coquet et doux à vivre ; Charline y apportait beaucoup

de soins, soucieuse de toujours orner le salon de quelques fleurs, allumant

régulièrement une lampe brûle-parfums, quand elle n’enflammait pas un ou deux

bâtons d’encens, veillant à la douceur de l’éclairage… La porte d’entrée s’ouvrit...

 CRITIQUE(S)

 De Martine Platarets (mai 2014) :

Commentaire, reçu hier, de Martine Platarets pour qui cette opération a été l'occasion d'acheter le livre papier :


"J'ai déjà lu la moitié du livre et je suis plus que ravie, il est magnifique, je vais le terminer, il le faut absolument, un vrai régal !....Je viens de le finir. Un chef d œuvre ! Un vrai régal. Le style me plait beaucoup. Il est simple. Facile à lire. Je vais m abonner et lire vos autres livres. Il est génial ! J ai étais surprise de la tournure agréablement car j ai connu un couple comme ça. De grands amis et le sujet et si bien décrit. J adore oui je L ai lu sans m arrêter. Bravo ! Quelle plume ! Merci de me l avoir proposé. Je suis ravie !"

"

Ça y est, j'ai lu "Malgré tout", Claude Colson. J'ai trouvé ce roman sensible et tendre. Des personnages attachants. Une jolie histoire d'amour.

 

Mon avis :


 

Ce qui m'a décidé à lire ce livre, c'est la quatrième de couverture que je trouvais prometteuse : une histoire d'amour compliquée entre un homme veuf et une femme en couple mais après l'avoir lu, je dois dire que je suis assez mitigée.


 

J'ai eu la chance de pouvoir expliquer mon point de vue à Claude Colson qui en retour m'a donné sa vision du livre, je la respecte totalement seulement je n'y adhère pas à 100 %.


 

Ce qui m'a le plus plu dans ce livre c'est bien sûr les personnages, j'ai eu beaucoup de sympathie pour Michel et Charline, en quelques pages l'Auteur nous dresse leurs parcours, leurs histoires, leurs déceptions, leurs joies, il a vraiment su m'attacher à eux.


 

L'histoire est également sympathique, surtout un détail que je ne peux révéler car cela risquerait de vous enlever la surprise si vous décidez de le lire mais j'ai adoré la conception de l'Auteur. C'est fou comme c'est difficile de dire ce que j'aime sans vous dire quoi !!!! En tout cas, il traite d'un sujet qui pourrait être délicat pour certains mais comme je suis assez ouverte, je ne me suis pas posée autant de questions que nos personnages, même si certaines sont légitimes.


 

Le livre est court, il ne fait que 122 pages (format poche), il y a une bonne dynamique puisque les chapitres ne font qu'une page voire deux, on a une narration à plusieurs voix, mode que j'adore, qui nous donne une vue d'ensemble sur le ressenti des personnages principaux.


 

Venons-en maintenant à ce qui m'a le moins plu :


 

Le déroulement de l'histoire m'a un peu gênée, j'aurais aimé un peu plus de franchise dès le départ, cela aurait amené nos personnages dans d'autres situations peut être un peu plus intéressantes.


 

Ensuite, j'aurais voulu que toute l'histoire soit centralisée sur leur histoire d'amour et les conséquences alors que là, on a par exemple une situation mettant en scène une des collègues de Michel qui ne m'a absolument pas intéressée, j'aurais aimé en échange plus de détails, plus de moments rien qu'à eux.


 

Et pour terminer, j'ai été très déçue par le comportement de la personne avec qui vit Charline, je m'attendais à plus de combativité de sa part, surtout vu comment elle nous est décrite, j'y ai cru jusqu'au bout mais finalement non.


 

 

Voilà ce que je pouvais dire sur ce livre, une lecture agréable mais qui n'a pas totalement fonctionné avec moi. En tout cas je tiens à remercier Claude Colson, pour sa disponibilité, sa gentilesse et sa compréhension, j'ai vraiment aimé pouvoir en discuter avec lui."

 

Je viens de terminer ton petit roman « malgré tout »
Pour ma part j’ai apprécié. Je suis sensible à ce sujet ayant 1 très grande amie [dans la même situation ].
J’ai bcp apprécié les dernières pages contenant les réflexions de Michel, le Respect, l’Amour et la phrase : « L’être humain est attiré par une personne avant d’être attiré par un sexe ».
Donc bravo

D'une auteur N.R. : "ma maman adore ton livre"

- 25 juin 2012 : http://lecturedemaia.canalblog.com/archives/2012/06/25/24577556.html

- juin 2012 : Petite info : le premier tirage étant quasi épuisé, le livre sera bientôt réimprimé avec une mise en page plus normée. On arrivera à 119 p. (contre 95), toujours pour 16,95 : c’est mieux...

 

Avis de F (juin 2012) :

 

Avis d'Everbook Book A Blok

 

"

- mai 2012 :  site Critiques libres http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/31448

- 3 avril 2012 : Georges Roland, auteur :

"Malgré tout est un hymne, nous pas un péan guerrier ou agressif, une chanson d’amour douce comme une caresse, tendre comme un baiser. Toute la poésie de Claude Colson s’y retrouve, avec sa délicatesse accoutumée. Bravo!"

- 30 mars 2012 :blog des Agents littéraires :

Une critique de "Malgré tout" dans "Les agents littéraires"
http://www.les-agents-litteraires.fr/malgre-tout-de-claude-colson#more-7825


Malgré tout », de Claude Colson

30 mars 2012 Diana Toumi Pas de commentaires.


> Le livre: Malgré Tout, de Claude Colson, 

> Présentation: « Un homme, une femme. Lui est veuf, elle en couple. Une rencontre fortuite et leurs vies basculent. Une histoire de passion amoureuse, banale somme toute, ou presque? Pas si simple car leur rapprochement va les amener à remettre en question tous leurs repères dans l’existence. Trouveront-ils un nouvel équilibre? A vous de le découvrir… »

[Cette critique a été rédigée par Diana Toumi du blog Dianatoumi que nous vous invitons à découvrir.]



> « Malgré tout » c’est simplement la naissance d’une histoire d’Amour avec le grand A, celui qui frappe les coeurs, déroutant tout à la fois l’appétit et l’épiderme, qui crée le manque jusqu’à l’obsession ; celui du désir qui affole tous les sens, devant lequel on doit faire le choix de voir sa vie basculer irrémédiablement, selon que l’on choisisse l’Amour, ou à défaut, que l’on le laisse filer…

« Malgré tout »; c’est le quatrième livre de Claude Colson. C’est l’histoire d’un Amour qui se présente à un homme et une femme, une histoire à laquelle l’auteur a choisi d’associer une singularité toute particulière autour de laquelle les choix de ces deux êtres vont s’articuler.

Mais cette singularité n’est somme toute pas si particulière, finalement je crois que nous la portons tous en nous ; car ne sommes-nous pas tous égaux face à la passion amoureuse ? Se tenant là, devant elle, avec nos bagages, nos passés, nos routines, nos problèmes, nos familles, nos singularités, et ce, que l’on s’y présente au premier amour, au cours d’une relation, ou dans le souvenir d’une que l’on aurait perdue ? Je crois que lorsque nous nous trouvons face à la passion, à ce carrefour de nos vies, l’électrochoc que pressentent les corps est le point de départ à toute une série de mouvements qui, comme une onde, vony bouleverser les rapports à nos familles, à nos amis, à nos environnements professionnels, à nos routines… et ce, que l’on soit homme, femme, expérimenté ou novice.

« Malgré tout » peut laisser entrevoir une part de l’histoire qui est en chacun de nous, pour autant, c’est celle de Michel Précault, professeur de chimie à Meaux, veuf, père d’un grand garçon nommé Sébastien, et juillettiste en vacances au Cap d’Agde, qui va croiser la vie de Charline Levautre, avocate, domiciliée à Vichy, en couple depuis plus de vingt ans, venue entre autres choses, rendre visite à sa mère qui habite la région…





> Et s’il fallait mettre une note, ce serait :

3 étoiles(sur 5)

 

- extrait (pas le plus mauvaisà) de l'avis d'une collègue :

"D'abord tu as un "ton", une "voix" et parfois j'ai vraiment cru t'entendre. Avoir un "ton" c'est cela, si j'en crois plusieurs romanciers (dont Louis Guilloux), la patte du vrai romancier qu'on suit quelle que soit l'intrigue qu'il tricote." A. Q.

Avis de ma directrice d'ouvrage, A.G., sur mon dernier roman court, "Malgré tout" :

"Vous abordez là un sujet délicat, celui de
l'’orientation sexuelle, en mettant en scène deux personnages d’âge mûr,
elle, jusqu'’ici homosexuelle, lui, veuf, dont la vie se retrouve
soudainement chamboulée par leur rencontre. Votre choix d'’un narrateur
omniscient est particulièrement approprié : grâce à lui, nous avons
accès aux hésitations, aux questionnements, aux peurs de ces deux
personnages d'’âge mur.

Charline s'’interroge car elle pense être depuis toujours homosexuelle,
elle se demande donc si elle est bi…, Je pense que cette question de la
bisexualité revient trop souvent dans les conversations qu’elle a avec
Michel [NDLR avant retravail commun]. Peut-être l’est-elle ou peut-être pas, là n'’est pas la question.
De toute façon, il ne s’agit que d'’un mot pour mettre un nom sur une
situation qui n’'obéit à aucune règle, le désir étant par essence
inexplicable et ne pouvant être imposé. Ce brusque changement de
situation qui arrive remet en question son choix de vie. Garde t’on la
même orientation sexuelle toute sa vie ? Dépend-elle des rencontres que
l’on fait ? [,,,] dans toute histoire amoureuse, hétéro ou homo,
[on prend un risque,] non ? Toutes ces interrogations sont soulevées et
c’est ce qui fait la force de votre récit."

 

 

D'une autre auteur : 

Claire Gilbert
 


 

Mon avis:


Une histoire d'amour c'est simple, c'est deux personnes, un et un qui font deux, mais dans la réalité, ça se complique. Claude Colson dans son livre décrit avec précision et une vraie sensibilité les maladresses et la fragilité d'un nouvel amour, quel que soit l'age, quelles que soient les expériences du passé. Ses personnages suivent un fil invisible prêt à ce casser à chaque instant. J'ai beaucoup aimé ce livre, lu d'une traite. On se plonge dans le passé des personnages pour mieux comprendre d'où viennent leurs hésitations, leurs pertubations à une histoire en devenir.

- Avril 2012 : une lectrice "...Je me pose encore des questions sur la vie de cette jeune femme. Comment arrivez-vous à vous mettre dans le personnage de la femme. C'est vrai, qu'étant jeune, on se pose beaucoup de questions, la vie se charge de nous apporter les réponses, par forcèment celles que l'on attend. C'est très bien écrit, il a été lu en 2 h." D.C.

- Avis de baboue sur fnac.livres :

ce livre m'a étonné par sa maturité d'esprit. l'homme, torturé par les non-dits de la femme qu'il vient de rencontrer et dont il est tombé amoureux, dépasse ses peurs, ses à-prioris, pour aimer enfin. belle preuve d'amour, ma foi et l'auteur (et je ne suis pas la seule à le dire) semble connaitre les femmes, la femme dans tout son ensemble, sur le bout des doigts. étonnant

- Mai 2012 :

--------------------------------------------------------------

Toi-Nous - Claude Colson
Barry : Chloé des Lys, 2009, 91 p, 21 cm - isbn : 978-2-87459-440-3.- 17,90 euros (prix librairie; chez l'éditeur belge remise 30%, voir ACTUALITES)

Site de l'auteur : http://claude-colson.monsite.orange.fr

L'auteur : c'est en 1995 qu'il est venu à l'écriture par la poésie, genre qu'il cultive toujours, même s'il écrit aujourd'hui également de la fiction, notamment des romans courts.

Il a publié Léna, une rencontre (Chloé des Lys - 2007), Saisons d'une passion (Chloé des Lys - 2009, autoédité en 2002). Toi-Nous vient de paraître, chez Chloé des Lys.
Dans ces trois livres d'autofiction sur l'amour passion, dont chacun peut être lu séparément, il mêle de façon originale dans un récit la nouvelle, le journal et les poèmes en vers libres.

TOI-NOUS
Un récit.
Une rencontre sur internet.
Une histoire d'amour. Une passion aux débuts fulgurants malgré les multiples obstacles.
Puis, chez elle, l'affadissement brutal. Inexpliqué, incompréhensible pour lui, voire pour elle.
Des caractères de feu. La volonté commune d'y croire encore qui les fait  repartir  22 fois après 22 ruptures.
L'impossible, l'ambiguïté, le vouloir, l'irrémédiable : vous trouverez toutes ces étapes de la passion amoureuse dans ce court opus que Claude Colson nous livre en alternant, une fois encore - mais encore différemment - récit, poèmes en vers libres et journal intime.
La violence des sentiments, la force des mots.

Précisions sur le contenu et extraits

La structure apparemment chaotique, avec ses trois genres d'écriture, rend compte d'une histoire d'amour qui ne l'est pas moins, mais cette fois réellement.

Échaudé par quelques passions antérieures, Yves, qui mène une vie stabilisée, rencontre Mariane sur le net. Six mois de lutte contre lui-même et il finit par céder. Mal lui en prend...
N'est pas Ulysse qui veut, pour savoir résister aux Sirènes.

Le jour prévu pour leur rencontre arriva enfin .Yves partit très tôt, en voiture, et fut sur place plus d'une heure avant l'arrivée du train de Mariane. Il lui téléphona régulièrement le long du trajet, puis l'attendit, très calme. Bien des questions se pressaient dans sa tête : se plairaient-ils encore une fois face à face ? Soudain, moins de dix minutes avant l'arrivée, une sorte de panique l'envahit...

NOIRE

Noire ton image devant mes yeux
Noir le regard qui me sourit
Noir le cheveu, vif comme feu
Noire la vêture comme parure
Majestueuse et libre
Tu embrases mon désir
En moires noires

AVIS DE NOANN LYNE /

Depuis le temps que j'en entends parler sur la toile, j'avais envie de savoir ce que racontait la plume de Claude Colson. J'ai donc commandé sur chapitre son dernier opus, Toi-Nous, qui me fut livré en un peu plus d'une semaine.

J'ai lu en 48 minutes et 34 secondes ce petit livre très original (j'avoue avoir passé certains paragraphes,  pour y revenir après). Claude Colson se sert de tout ce que l'écriture peut offrir, depuis la poésie jusqu'à la prose en passant par tous les états intermédiaires. Il en résulte un patchwork de textes sur le thème : une rencontre sur internet qui se concrétise, balbutie, capote et périclite.

Le grand atout de ce recueil est sa fraicheur et sa simplicité. Il est agréable à lire, et la petite intrigue qui se joue en filigrane permet de lier le tout, et de mettre en exergue les poèmes. La diversité des styles est elle aussi plaisante. Les personnages sont peu décrits, ce qui laisse au lecteur le soin de les imaginer à sa guise. A contrario, ces qualités ont aussi un pendant : certains lecteurs aimeraient des personnages plus denses et plus complexes, une intrigue plus poussée. C'est un choix d'écriture, une sorte de survol en planeur d'une histoire, loin des épopées à la Cartland ou Elisabeth Georges. Mais pour celui qui sait (encore) s'émouvoir des choses de la vie authentiques, ce livre est rafraichissant. Je dois avouer que les poèmes n'ont pas tous suscité en moi de vive émotion, mais je ne suis pas très sensible à la poésie.

On a parfois l''impression que l'auteur a trébuché avant de poster son manuscrit à la poste, puis a vite rangé le fatras de papier , le bureau de poste allait fermer , et qu'après, une fée bienveillante l'a tapoté de sa baguette magique. J'ai aimé ce livre dans ses qualités et contre-qualités. Février 2010

AVIS DE SAPOTILLE :
"J'ai vraiment aimé le panachage de styles (roman poésie journal ) c'est une excellente idée. Vraiment. Beaucoup de plaisir à lire et relire les poèmes, un réel intérêt pour la description, l'analyse "serrée" des "faits" mais... j'en aurais voulu quatre cents pages minimum, pour que la puissance vienne sublimer la profondeur et que de la chair des mots perdure à l'accablement des sens... ouais !!! Moni !!! Allez hop ! Je suis une de tes fans, alors... j'ai bien le droit de délirer, non ? et d'en demander toujours plus....

Bravo en tout cas et surtout CONTINUE.

Ecrit le 04 février 2010

Novembre 2010 : un avis plus mitigé, précieux car non servile :

   Comme tes autres livres ,Toi-Nous m'a plu par l'authenticité de la souffrance affective que l'on y devine. Mais, pour être franc, je crois avoir préféré Saisons d'une passion ; peut-être parce que je l'ai lu avant. Ici, si j'ai toujours apprécié le jeu entre les niveaux de narration - le récit et le journal -, il m'a semble que le troisième niveau, la poésie, fonctionnait moins bien ; les textes poétiques m'ont paru un peu redondants par rapport au déroulement de l'histoire, n'y apportant rien de nouveau, et surtout trop narratifs : il aurait fallu, je crois, qu'ils constituent une sorte de caisse de résonance à l'intrigue mais sur un autre registre. Tout cela bien entendu reste très subjectif et dépend peut-être de mauvaises conditions de lecture, l'esprit préoccupé par d'autres soucis... En tout cas je me réjouis de te voir continuer à écrire, ... c'est  bien là l'essentiel.  GA

NOTE DE LECTURE DE CHRISTINE BRUNET

 

Je ferme le dernier livre de Claude Colson, Toi-Nous, avec, dans la bouche, un petit goût d'amertume... et d'échec. Je vous sens lever un sourcil interrogatif...

 

Vous vous méprenez ! Il ne s'agit pas là d'un échec de l'auteur... mais de l'échec d'une vie, celle d'Yves. Alors que dans Lena, Bruno se rebiffe, s'insurge, crie son mal être et son incompréhension, Yves espère, tente l'expérience qui s'offre à lui mais reste en retrait et analyse : il a mûri.

 

Il a compris, s'implique mais garde son individualisme et sa lucidité. Ses coups de gueule sont désormais contenus même si la passion est là, prête à déployer ses tentacules.

 

Au gré de son état d'âme, les mots jaillissent, bouillonnent ou étouffent, engluent, tourmentent. Aux couleurs éclatantes de l'espoir et du désir se substituent peu à peu le gris du doute, le noir de la rancoeur, de la résignation puis de la solitude.

 

Toi-Nous... C'est d'abord Toi puis Nous puis Moi... Fatalité d'un échec programmé ? Ou éternel recommencement parce que l'Humain ne peut se satisfaire du singulier ? La réponse est dans chacune de ses pages... derrière chacun de ses mots...

 

Toi-nous se lit d'une seule traite, au rythme des soubresauts de deux vies qui espèrent, hésitent et se déchirent sans parvenir à ne faire qu'une. 

 

 

 

Christine Brunet

http://recreaction.over-blog.org

Avis de Ginger :

Avis de ginger qui tient le bvlog littéraire nonoboutik.blogspot.com :

Avis: Un excellent livre relatant une histoire d'une grande tristesse. 
J'ai adoré l'alternance de passages entre lecture classique et poésie, cela m'a fait penser à une comédie musicale. parfaitement orchestrée. Il en ressort des personnages torturés, d'une grande solitude, à tel point que cette relation principalement à distance reste un rare lien avec l'amour.
 
Août 2011
Bulle, à propos de son début de lecture :
"@ Monilet, j'avance dans ton livre. J'aime beaucoup les poèmes entre l'histoire."
 

 

 


 

 

 

 

.

 

 

 
 
 
Claude Colson joignable à :
monilet@wanadoo.fr